Jamais sans ma voiture – Never without my car

Je reviens donc de temps à autre sur l’île. Je mets du temps à avoir mon permis pour diverses raisons (donc financière, ce qui reste scandaleux dans tout le territoire français au passage).

Mais cette absence d’indépendance me permet d’arriver à un terrible constat : l’incroyable connivence et business entre les concessionnaires auto et les politiques.

Sans voiture à la Réunion, vous ne pouvez rien faire et pire, vous n’êtes rien. Prendre le bus ? Encore faut qu’il y ait un affichage clair des horaires aux bornes et que les dits bus soient ponctuels. L’impact sur la vie professionnelle est dramatique. Comment pouvoir s’en sortir pour un jeune réunionnais à l’orée de sa vie active ? Comment investir dans une voiture avec un revenu bas ?

Mais les concessionnaires auto, quasi ‘gouverneurs’ de la Réunion, n’en ont que faire et sans vergogne, ils proposent même des crédits instantanés (sur 3 générations) sur les salons de l’auto !

J’ai lu un jour, sourire jaune aux lèvres, que les Réunionnais étaient ‘très attachés à leur voiture’. Certes, on ne peut dénier la passion du ‘tuning’ qui enflamme certains compatriotes mais de là à en faire une généralité ! Comme cette journaliste du Figaro qui avait écrit un article sur le chikungunya me semble-t-il et qui présentait les Réunionnais comme ayant tous chez eux un poulailler…

En fait, les Réunionnais n’ont pas d’autre choix que d’aimer leur voiture; elle est vitale.

Pourquoi ne pas développer _pour de vrai_ le réseau des transports en commun, un réseau accessible à tous et qui permettrait de désengorger les routes _non-extensibles malgré ce qu’on essaie de nous faire croire car nous sommes sur une île_ ? Non, enterrons un projet de Tram-Train et finançons à coups de millions la Route des Tamarins !

Participons plutôt à la suprématie et l’empire des concessionnaires auto car nous n’avons pas le choix !

So I’m coming back sometimes in my island. I’m taking some times to get my driving licence for different reasons (mostly because of its expensive cost, which is a scandal in all the french territory).

But this lack of independence brings me this sad report : the incredible complicity and business between car dealers and politics.

Without car in Reunion island, you cannot do anything and worst, you are nothing. Taking the bus ? Yes but you need clear hours displays and a little bit of ponctuality. The impact on the professional life is awful.  How a young Reunionese can manage it at the beginning of his active life ? How to invest in a car with low incomes ?

But car dealers or Reunion ‘governors’ don’t care about it and without any shame, they even propose instant credits (for 3 generations) on car conventions !

One day, in a yellow smile, I was reading about the ‘attachment’ of Reunionese for their car. Sure, I cannot say that some people are really proud of ‘tuning’ but you cannot say that about all Reunionese ! Just like this journalist from Le Figaro writing that all Reunionese had a henhouse in their backyard…

In fact, Reunionese people had no other choice than deeply loving their car; it is a question of life !

Why not developping _for real_ the public transport network, accessible to everybody and which could help to avoid traffic jams _because we cannot extend roads despite what they want us to believe : it is an island !_ ? No, let’s destroy a project of Tram-Train and let’s give millions for the Route des Tamarins (a huge road on the West side of the island) !

Let’s promote ascendancy and empire of car dealers because we have no choice !